dimanche 31 août 2014

Mousse à la framboise

Il me restait une poignée de framboises surgelées dans le congélateur. Avec un peu de crème fouettée, j'ai obtenu un petit dessert léger. 





Pour 4 coupelles
100g de framboises 
50g de sucre
10cl de crème liquide 30%
1 feuille de gélatine (2g)
1cc de sucre glace










Faire gonfler la gélatine dans un saladier d’eau glacée. Mixer les framboises avec le sucre. Chauffer cette purée pour dissoudre le sucre. Laisser légèrement tiédir et y incorporer la gélatine essorée. Plonger la casserole dans l’eau froide pour refroidir le mélange.



Verser la crème dans un bol et la réserver 15min au congélateur avec les fouets. Fouetter la crème en chantilly, serrer avec le sucre glace et l’incorporer au coulis totalement refroidi. Réserver au frais.


On peut ajouter quelques framboises brisées pour le décor. 

samedi 30 août 2014

Pêches au romarin

Avec d'énormes massifs de romarin à portée de main, j'ai envie de l'accommoder à toutes les sauces : dans le pain, la viande, les légumes, les fruits. Le romarin s'accorde avec tout mais avec les pêches, c'est le coup de foudre, un mariage d'amour. Nous avons tellement apprécié que le lendemain, j'en refaisais cuire avec quelques modifications. 






Ingrédients
6 pêches
3 cs de sucre
1 sachet de sucre vanillé
2 ou 3 brins de romarin
Beurre (facultatif)







Ébouillanter les fruits une vingtaine de secondes pour pouvoir les peler plus facilement. 



Préparer un sirop avec le sucre, le sucre vanillé, 2 brins de romarin et 30 cl d'eau. Lorsque le tout est porté à ébullition, y plonger les pêches. Celles-ci n'ont pas besoin d'être entièrement recouvertes. Cuire à feu doux une quinzaine de minutes. 



Égoutter les pêches en réservant le jus. Faire mousser 1 noix de beurre dans une poêle, y dorer légèrement les pêches de tous côtés. Faire réduire le jus puis en napper les pêches. 



Le lendemain, j'ai voulu simplifier la recette. Je n'ai pas ébouillanté les pêches, une manipulation de moins, mais les ai mises directement dans le sirop avec 3 brins de romarin cette fois pour une saveur plus corsée.



Cuites, je les ai égouttées pour les rafraîchir et éviter de se brûler les doigts en les pelant. Le sirop est plus coloré grâce à la peau.



Les pêches ont cuit  quelques minutes de trop, aussi,  j'ai évité de les rôtir au beurre par crainte d'obtenir de la bouillie. De la même façon, j'ai fait réduire le jus qui est devenu sirupeux comme le miel.



Ce sirop nappe parfaitement les fruits. Filtré, le nectar a cette couleur rose foncé. 



Finalement, l'étape du rôtissage n'est pas essentielle et l'on a tout aussi bien apprécié la seconde version, bien plus rapide et plus esthétique.





Tout est beau en Toscane : la lumière, la couleur changeante des bâtisses, les toits comme les portes menant à la cuisine.




Alors, quand le parfum des pêches s'y mêle, on n'a qu'une seule envie, rester aux fourneaux et recommencer, d'autant plus que c'est la fin des vacances.



vendredi 29 août 2014

Crevettes au curry

C'est encore meilleur avec des crevettes crues préalablement décortiquées mais c'est un des rares trucs que je n'arrive pas à faire. J'ignore si c'est la couleur ou la consistance, ça me rebute vraiment. J'utilise donc de gros bouquets cuits. 





Ingrédients
500 g de crevettes 
1 oignon râpé
1 gousse d'ail écrasée
1 cs de curry en pâte
20 cl de lait de coco
1 cs de sauce tomate
1 cc de gingembre surgelé
1 cc de coriandre
Noix de cajou





Faire revenir à feu doux l'oignon, l'ail et la pâte de curry dans une poêle antiadhésive. Lorsque le tout est bien compoté, ajouter la sauce tomate, le lait de coco et le gingembre. 


Laisser mijoter 10 min sans bouillir. Décortiquer les crevettes et les incorporer. Faire dorer à sec à la poêle les noix de cajou et les ajouter avec la coriandre fraîche ou surgelée au moment du service. 


Comme tout curry, avec du riz basmati, c'est parfait. 


jeudi 28 août 2014

Focaccia aux tomates confites et au romarin

Sans pétrin ni verre gradué, je me suis tout de même débrouillée pour faire une focaccia avec des tomates confites maison, du romarin du jardin et de l'huile du pressoir de la propriété où nous logeons : c'était pas mal.  Habituellement, j'incorpore de l'huile dans la pâte. Cette fois, j'ai bien graissé le moule et j'ai juste versé un filet d'huile sur le dessus de la pâte. Autre petite modif, j'ai mis plein de poivre dans la pâte et cher et tendre a beaucoup apprécié. 





Pour une tourtière
250g de farine 
1 pomme de terre
1 petit bol d’eau de cuisson
1cc de levure boulangère
1cc de sel
1cc de poivre
Romarin
Huile d'olive
Tomates confites





Faire cuire la pomme de terre dans une petite casserole d'eau salée. Lorsqu'elle est cuite, égoutter en conservant un verre d'eau de cuisson. 



Mélanger la farine, le sel, la levure, le romarin et le poivre. Ajouter l'eau de cuisson tiédie petit à petit pour obtenir une pâte ferme. Incorporer la pomme de terre grossièrement écrasée, pétrir et taper la pâte sur le plan de travail en la repliant sur elle-même. Renouveler une vingtaine de fois cette opération pour emprisonner l'air. Laisser lever une heure. 



Huiler une tourtière et étaler la pâte avec les doigts huilés. Laisser de nouveau lever une heure puis enfoncer de petits bouts de tomates séchées. 



Ajouter un filet d'huile et un peu de fleur de sel. J'ai enfourné 11 min à 250°, mais tout dépend du four.



Démouler aussitôt et savourer tiède avec une salade et des olives.  


Un morceau de fromage de brebis et une tranche de melon en dessert, c'est magnifique !


mercredi 27 août 2014

Mes recettes deviennent les vôtres 2

C'est agréable de recevoir les photos de vos propres réalisations, je les conserve très précieusement afin de les publier : 


La purée de courgette de Léona dont la cuisine est particulièrement pro : tablette et kitchounet blanc immaculé, très classe !


Les rognons à l'ancienne de German 

Le sublime poulet à la bergère de Camille. Véritable poulet de Bresse, parfaitement doré.

J'ai un peu tardé à présenter le cake au citron de François-Xavier ! Démoulé à l'envers sur une grille, il a cet aspect carré super pro.

Alain le chanceux, s'est vu offrir l'art culinaire français, couramment appelé le livre rouge, ouvrage auquel je fais souvent référence. Recettes d'Escoffier et de Pellaprat à profusion. 

Les escargots briochés de la belle Hélène. Pour un début dans la boulange, c'est très prometteur. 

Quant à la tarte rustique aux reine-claude de Geneviève avec sa croûte bien cuite, elle est on ne peut plus appétissante. J'attends avec curiosité et impatience vos nouvelles réalisations... 

mardi 26 août 2014

Allumettes glacées

La pâte feuilletée - lien - pour les débutants, ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile. Pour autant, elle offre une infinité de possibilités, toutes plus délicates les unes que les autres. Après les sacristains et les allumettes, je vous parlerai des jalousies, des jésuites et des fanchonnettes, ces douceurs oubliées que j'aime tant. Les allumettes, c'est la simplicité : un peu de pâte et du sucre glace, mais quel raffinement ! Aucun risque à essayer la pâte feuilletée, même si elle est ratée,  qu'elle ne se développe pas, elle est tout de même délicieuse et il suffit de l'utiliser comme de la pâte brisée en la cuisant plus longtemps. 









Pour  16 allumettes
250g de pâte feuilletée 
Glace royale  
30g de blanc d’œuf 
180g de sucre glace
qq gouttes de rhum









Commencer par la glace royale en mélangeant au blanc d’oeuf quelques gouttes de rhum, ajouter peu à peu le sucre glace pour obtenir la consistance d’un enduit. Réserver : il va épaissir légèrement en reposant. 



Etaler la pâte en un rectangle de la taille de la plaque  de cuisson. Disposer la pâte sur une feuille de silicone et la partager en deux dans la longueur. Veiller à ce que la pâte reste suffisamment ferme. S'il fait très chaud en été, la replacer au frais. Etaler la glace royale sur le dessus en une fine couche à l'aide d'une spatule à 1/2cm des bords  pour favoriser le bon développement du feuilletage.



Laisser croûter 2 heures au frais. C'est l'étape indispensable : en cuisant, le mortier ne doit pas couler. 



Retailler le feuilletage en 16 parts régulières.   Cuire à four préchauffé à 200° pendant 25 min en mettant une plaque dans le haut du four pour protéger les allumettes, le sucre ayant tendance à dorer trop vite. 



Détacher délicatement les allumettes et les laisser refroidir sur grille. 


A savourer à la sortie du four, car c'est là qu'elles sont les meilleures. C'est peut-être la raison pour laquelle on n'en trouve plus aujourd'hui dans les pâtisseries, ça ne se conserve sans doute pas très bien. Nous n'avons jamais eu besoin de faire l'expérience, impossible de s'arrêter dès qu'on commence à les grignoter. 


lundi 25 août 2014

Tomates confites

En France, il est de plus en plus difficile de trouver des olivettes ou romas sur les marchés. Seule convient cette variété ovoïde pour préparer les fameuses tomates confites. 











Pour un petit bocal
6 tomates
Romarin frais 
Fleur de sel
Huile d'olive 






Couper les tomates en quatre dans la longueur et les saupoudrer de sel. 


Laisser dégorger dans une passoire une petite heure. 


Ranger ensuite les tomates sur une tourtière. Les saler de nouveau légèrement, parfumer avec le romarin et l'huile d'olive. Les oublie
3 heures au four chauffé à 100°.  


Si certaines sont cuites avant les autres, les retirer. 


Ne surtout pas ajouter de sucre avant cuisson. Le fructose contenu dans la tomate se concentre en cuisant et il devient suffisamment perceptible. Conserver dans un bocal en verre avec de l'huile d'olive. Les tomates se consomment à l'apéritif, sur les pâtes, dans la focaccia ...



dimanche 24 août 2014

Pommes de terre au four à l'ail et au romarin

C'est à la montagne que j'ai préparé ce plat avec du romarin sec. J'ignorais que quelques jours plus tard, il me suffirait de tendre le bras pour cueillir des brassées de romarin en Toscane. J'ai pioché cette recette chez Lucile dans le cadre d'un tour en cuisine. Bien parfumées, je les ai accompagnées de coppa et d'une salade verte. Pratique en vacances, il faut très peu d'ingrédients, puis juste une casserole et un four. 






Pour 4 personnes
8 pommes de terre
2 gousses d'ail
Romarin
Huile d'olive
Fleur de sel







Couper les pommes de terre en quatre dans la longueur et les plonger 5 bonnes minutes dans une casserole d'eau bouillante. Mélanger un peu d'huile, l'ail écrasé et du romarin en quantité suffisante. Tout dépend s'il est frais ou non, de ses goûts ... 


Egoutter les pommes de terre et les ranger dans un plat à gratin. Les masser avec le mélange parfumé, saupoudrer de fleur de sel et enfourner à four préchauffé à 180° pendant 40 min environ. Elles doivent être bien dorées et légèrement soufflées. 


La prochaine fois, j'accompagnerai ces pommes de terre d'un rôti de porc. Le romarin s'accorde à la perfection avec la viande blanche. 



Mais j'aurais bien vu également ces pommes  de terre avec la salade ci-dessous. Bref, belle petite recette. 


Vite, je file voir ce que la cigogne toquée a choisi sur mon blog.