samedi 1 février 2014

Crêpes Suzette

Demain, c'est la Chandeleur avec la tradition des crêpes. Je me rappelle... au restaurant avec mes parents, j'ai une dizaine d'années. Le maître d'hôtel arrive avec sa desserte recouverte d'une nappe blanche et s'apprête à préparer devant mes yeux écarquillés, le sirop d'orange sur un réchaud en métal argenté. L'élégance du geste, la maîtrise des ustensiles, c'est tout le génie de la gastronomie française : la simplicité sublimée par l'homme de l'art. Une crêpe, une orange pressée et puis, il y a Suzette. Nous sommes cette fois en 1896 et Escoffier propose au Prince de Galles, accompagné de sa maîtresse au Grand Hôtel de Monte-Carlo, de lui dédier la nouvelle recette de crêpe qu'il lui propose. "Je n'en suis pas digne, répond le futur Edouard VII. Nous donnerons plutôt à cette chose exquise, le nom de cette jeune personne qui est avec moi". 


Pour 15 crêpes
300g de farine
3 oeufs
45g de beurre
1 pincée de sel
3 cs de Grand Marnier
60cl de lait 
1 zeste d'orange
Sirop pour 10 crêpes
3 oranges
1 citron 
100g de sucre
50g de beurre
30g de sucre glace 
Décor
Ecorces d'orange confites


Préparer les crêpes selon la recette habituelle mais sans la cannelle - lien - et parfumer avec le Grand Marnier et le zeste. Laisser reposer au moins 5 heures. L'idéal est de préparer la pâte la veille. 



Presser le jus des fruits, le verser dans une casserole avec le sucre : le laisser réduire pour obtenir un sirop assez épais. Manier le beurre tempéré avec le sucre glace. 



Cuire les crêpes, et garnir chacune d'une noisette de beurre manié. Plier en quatre chaque crêpe, détailler finement une écorce confite - lien -, la poser délicatement et  napper de sirop brûlant que l'on a réchauffé. 


Les crêpes Suzette ne se flambent pas !

Présentation de Jésus au Temple, de Lodovico Carracci

La Chandeleur est la célébration de la Présentation de Jésus au Temple. Dans son Évangile, Luc insiste sur le fait que Marie et Joseph, en montant au Temple, respectent la loi de Moïse. Selon la loi juive, la jeune accouchée est en état d’impureté rituelle pendant quarante jours après la naissance d’un garçon et doit offrir un sacrifice pour sa purification : un agneau ou, si elle n’en a pas les moyens, un couple de tourterelles. Le jeune ménage apparaît donc ici comme pauvre. Or, dans la Bible, les pauvres de Dieu sont ceux qui lui sont fidèles jusqu’au bout. Mais Luc associe à ce rite un autre rite : le rachat du premier né. Tout premier-né mâle appartient à Dieu et il faut le racheter symboliquement en offrant une certaine somme.

1 commentaire:

  1. Bizarrement l'orange, je la mange (ou la bois) quasiment qu'en jus. Pourtant, je sais bien que c'est délicieux une orange, c'est tout rond et tout joli mais j'y pense jamais, j'en mange pas. Mais quand je vois tes magnifiques crêpes Suzette, je me dis qu'il faut absolument que je fasse une exception ^^ Bisous.

    RépondreSupprimer